Michel Drucker se remémore 50 ans de télévision

Samedi soir, Michel Drucker, le présentateur le plus célèbre du petit écran, a présenté son seul en scène intitulé « Seul avec vous », sur la scène du Grand Théâtre d’Angers, devant une salle comble.

Michel Drucker au festival d'Anjou 2017

Michel Drucker au festival d’Anjou 2017

Mis en scène par Steve Suissa, ce spectacle débute par l’entrée de Michel Drucker, en ombre chinoise derrière un écran, comme sortant d’un poste de télévision du temps de l’ORTF*, annoncé par la voix de Denise Fabre, célèbre speakerine des années 60. Commence alors une rétrospective de cinquante ans de télévision, au travers d’images et anecdotes, pittoresques, émouvantes pour certaines, des nombreuses émissions qu’il a animées depuis ses débuts, en janvier 1965, et piochées parmi 5000 heures d’images stockées à l’Ina (Institut National d’Audiovisuel). Le spectateur retrouve entre autre la mythique rencontre entre Whitney Houston et Serge Gainsbourg, sur le plateau de l’émission Champs-Elysées, ou encore l’improbable interview de Paul Hogan, acteur du film Crocodile Dundee, qui s’endort littéralement en plein direct.

« Une journée sans éclats de rire est une journée de perdue. » (Charlie Chaplin, cité par Michel Drucker)

Michel Drucker dévoile une nouvelle corde à son arc : l’imitation, notamment celle de personnalités qu’il connaît bien. De Gérard Depardieu à Jacques Chirac, en passant par Johnny Hallyday et Valéry Giscard d’Estaing, les cibles sont variées. « Je prends des cours d’imitation, mais elles sont foireuses », prévient-il d’entrée de jeu. Pourtant, le résultat est là, avec certes encore des ajustements à faire, mais les mimiques sont bien présentes et les anecdotes savoureusement racontées. Comme il le dit lui-même, « à force de côtoyer des humoristes, j’ai été contaminé ». Humoristes comme Thierry Le Luron à qui il rend un touchant hommage, tout comme lorsqu’il évoque ses amis chanteurs, comédiens, partis trop tôt, dans un diaporama photos.

« Ce seul en scène est aussi un peu un devoir de mémoire. Il ne faut pas oublier les anciens. » (Michel Drucker)

Durant une heure quarante-cinq, les souvenirs se succèdent avec rythme, photos d’illustration à l’appui, nostalgie parfois, émotion beaucoup et humour toujours : De Gaulle, Poulidor, Anquetil, la France des Yéyé, Brel, Brassens, Bécaud, l’homme à la cravate à pois. Il revient également avec tendresse sur sa rencontre avec Léon Zitrone, « Monsieur Télévision, Big Léon. Il commentait les mariages des têtes couronnées, les obsèques aussi… souvent les mêmes ! ». Pour Emilie et Julien, cette soirée donne « l’impression de nous installer dans une machine à remonter le temps politique, artistique et culturel. Deux heures de bonheur, seul avec Michel Drucker ». Un avis visiblement partagé par l’ensemble des spectateurs présents ce samedi soir, au vu des nombreux applaudissements en fin de soirée et des commentaires élogieux entendus en sortant de la salle.

 

* Office de Radiodiffusion Télévision Française

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *