Kev Adams confirme son talent auprès des 15-25 ans

Mardi soir, le jeune humoriste Kev Adams a présenté son nouveau one man show intitulé « Voilà, voilà », sur la scène du grand auditorium au Centre de congrès d’Angers, devant un public très réactif, venu en nombre.

L’humoriste Kev Adams

A 20h05, le nantais Ahmed Sylla entre sur scène et propose une dizaine de minutes de stand-up, devant une salle en ébullition dans l’attente de Kev Adams. Illustrée par des anecdotes de la vie quotidienne et des personnages bien campés, aux accents délicieux, son intervention fait mouche et le public hilare, applaudit. Sa réflexion sur les profs est tellement évidente : « Le prof de sport vient en cours en jogging. Mais c’est n’importe quoi ! Est-ce que les profs d’histoires viennent en Napoléon ? ». Et que dire du foetus qui, lors de l’échographie, pose comme si c’était une séance photo ? Un jeune comique à l’avenir prometteur.
Dix minutes plus tard, images colorées et musique rythmée annoncent l’arrivée de Kev Adams accueilli par une salve d’applaudissements. Pour ce deuxième one man show, intitulé « Voilà, voilà », l’humoriste parle de sa vie et de son expérience personnelle avec une énergie débordante. Il ne tient pas en place et enchaîne pas de danse, sauts et déplacements d’un bout à l’autre de la scène.
Le lien fusionnel qu’il entretient avec son public, une majorité de jeunes de 14 à 20 ans, mais également des parents, est toujours là. Pour Stéphanie, 46 ans, qui accompagne ses filles, « il est très beau et plaisant. Il a mûrit depuis son premier spectacle ». L’interaction est immédiate entre Kev Adams et ses fans. Un cours de Zumba proposé par son personnage « Paco Chico Mambo touche-moi les noix de coco », à l’accent latino, l’illustre parfaitement. Les spectateurs se lèvent en chœur  et jouent le jeu dans une ambiance chaleureuse. « Vous venez de m’offrir le plus beau moment du spectacle. Merci pour cette Zumba endiablée ! », déclare l’humoriste après quelques minutes de démonstration.
Il parle de ses vacances en Nouvelle-Calédonie avec sa mère et ses deux frères de 7 et 17 ans. Les anecdotes qui accompagnent ce voyage sont plus vraies que nature. « Le gamin qui court à poil sur la plage, ni vu, ni cul nul, tout le monde l’a déjà croisé un jour ! » ou encore le moustique qui vous empêche de dormir, dont la chasse ressemble à une sorte de concert de percussions, à force de taper des mains en voulant l’attraper. Son voyage aux Etats-Unis avec ses amis n’est pas en reste, notamment la rencontre avec les écureuils rappeurs de Central Park, « les sections noisettes ». Et les fans en redemandent, comme Cholé, 16 ans, et Louise, 17 ans : « Trop drôle l’anecdote de la plage et du petit garçon qui court tout nu sur le sable. On adore qu’il parle avec le public, c’est vraiment interactif. ».
Puis, vient le moment d’évoquer le divorce de ses parents et la relation tendre qui le lie à son plus jeune frère, celui de 7 ans, qui lui manque beaucoup. Kev Adams lui a écrit une chanson intitulée « C’est pas si grave », mise en musique par l’artiste Corneille, qui relativise ce thème de la séparation des parents et qu’il interprète sur scène, avec la complicité du public pour le refrain. « J’ai bien aimé qu’il parle de sa famille, on se reconnaît dans ses situations. », explique Louison, 15 ans, visiblement touché.
En fin de soirée, après une standing ovation, l’artiste est revenu sur scène pour faire sa désormais traditionnelle vidéo du public, visible ici, face à une foule aux anges. « C’était génial, on a mal aux mains et plus de voix tellement on a rigolé et crié. C’était une des meilleures soirées de notre vie ! », s’exclament Laurine, 14 ans, et sa soeur Maëlle, 12 ans, en sortant de la salle. Brice qui accompagne ses enfants a, lui aussi, passé une bonne soirée, « c’était sympa. Je me suis bien marré. ». Bref, le jeune humoriste a des chances de jouer à nouveau à guichet fermé pour sa date supplémentaire à Angers, le 3 décembre prochain, salle Amphitéa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *